Itinéraires de dissidence

 

L'un des nombreux axes de réflexion et d'action de l'ADCSE est promouvoir la diversité culturelle de l'Europe. C'est dans cet esprit qu'elle s'est notamment liée avec la Société Iztok Horizons pour faire découvrir à l'Ouest ce que l'Est de l'Europe recèle comme trésors méconnus ; faire connaître, par exemple, les Thraces aux Occitans, les Bogomiles aux Cathares. C'est ainsi qu'elle vient d'installer à Saint-Félix Lauragais une exposition d'oeuvres d'artistes bulgares mal connus en France. Quelques unes des œuvres d'Andrei Kamenov, de Valentin Startchev, de Stoyan Tsanev, de Zainula Kiossev, de Dimiter Iliev ont été présentées à Paris, au Sénat, en 1990 à l'occasion d'une exposition présentée au lendemain de la chute du communisme, par le président de la nouvelle République de Bulgarie, Jeliu Jelev.

 

Sortant pour la première fois du ghetto où les avait enfermés l'Union des Artistes bulgares pour cause de non conformisme aux canons de l'esthétique dite « réalisme socialiste », ces artistes dissidents furent considérés par le nouveau ministre de la culture Dimo Dimov (lui même issu du changement démocratique) comme les meilleurs que la Bulgarie avait compté depuis longtemps : « ce n'est pas tant qu'ils aient adopté une forme d'expression dissidente à l'égard d'une norme dont on sait de quelle nature furent les contraintes, mais c'est surtout qu'en toute liberté (…) ils ont su puiser ce qu'il y avait de meilleur dans le terroir culturel et spirituel bulgare. » Ce qui explique sans doute que, dans cet art très contemporain, jaillissent les traits fondamentaux du génie européen et que sur ces statues, ces toiles, se donnent à lire l'intertextualité de thèmes qui nous sont très familiers.

 

Dans cette exposition on pourra déceler sans peine une reconstruction du monde se déclinant de manière à la fois mystique (Tsanev), violente (Iliev), ironique (Kiossev), déchirée (Startchev) mais toujours inspirée par une vision européenne, extrêmement cultivée, voire érudite. On pourra y voir aussi quelques dessins d'Andrei Kamenov qui avait exposé ses

« Damnés » au Château de Saint-Félix en 2013.

 

L'exposition a été ouverte du 25 novembre au 25 décembre 2015 à Saint Félix Lauragais.