Association Christine de Suède, l'Européenne

S'il fallait, au XVIIe siècle, trois mois par beau temps pour rejoindre Paris depuis la Suède, on imagine le périple de Christine qui voyagea à travers toute l'Europe suite à son abdication le 6 juin 1654. Profondément européenne dans son désir de voyager, d'outrepasser les frontières et de se nourrir de tous les penseurs et penseuses de son temps, Christine de Suède est une figure emblématique et fédératrice.

Depuis 2012 et jusqu'en 2019, le Projet Christine de Suède suit l'itinéraire de la reine à travers l'Europe avec la mise en oeuvre de concerts, séminaires, performances, spectacles et expositions dans des lieux emblématiques en Autriche, en Belgique, en Espagne, en France, en Italie et en Suède. 

 

L'Association Christine de Suède est le prolongement en France du projet. Les actions qu'elle mènent se développent essentiellement en Région Midi-Pyrénées et à Toulouse : les deux premières collectivités françaises, après Paris, à promouvoir la philosophie du projet. 

 

Christine de Suède en bref

  • Née en 1626, fille de Gustavus Adolphus - élevée et éduquée comme un roi.
  • Reine à l'âge de sept ans, elle est couronnée en 1650.
  • Polyglotte (elle maîtrise huit langues), mathématicienne et philosophe (elle a été formée par Pascal et Descartes), écrivain (la plupart de ses textes ont été écrits en français), musicienne et grande collectionneuse d'art. Elle s'intéresse à la chimie et à la physique  (Newton fait partie de ses correspondants).
  • Femme de paix, elle met fin à la guerre de trente Ans avec le Traité de Westphalie en 1648 qui préfigure l'Europe d'aujourd'hui.
  • Abdique en 1654.
  • Entretient une abondante correspondance diplomatique avec les souverains d'Europe.
  • Se convertit au catholicisme à Bruxelles. Renonce officiellement à la foi protestante à Insbruck. Le pape Alexandre VII lui donne la première communion à Rome.
  • Réside au palais Farnese puis au palais Corsini où elle crée un laboratoire de chimie et un observatoire d'astronomie.
  • Crée l'académie du Riario en 1674.
  • Ouvre le premier théâtre public romain, le Tor di Nona.
  • Découvre et/ou protège de grands musiciens comme Certi, Scarlatti, Stradella, Corelli, de grands artistes comme le Bernin ou Giovanni Lanfranco, etc.
  • Son corps repose au Vatican dans la basilique Saint-Pierre.

L'association qui jouit du parrainage scientifique de la Fondation de la Maison des Sciences de l'Homme (FMSH) et du LABEX « Transferts Culturels » de l'Ecole Normale Supérieure de Paris, a pour président d'honneur Mme Nicole Belloubet, Ministre de la Justice. M. Philippe Beaussant de l'Académie Française, qui fut à l'origine du projet, a été membre d'honneur jusqu'à sa mort, intervenue le 8 mai 2016.

 

Son conseil scientifique est animé par Mme Claude Imbert, professeur émérite de philosophie à l'ENS de Paris.

 

Président : Denis Viart

Secrétaire : Anne Rosier 

Trésorier : Jean Prieur

 

Membres d'honneur

 

Jean Tirole, Prix Nobel d'Economie, directeur scientifique à Toulouse School of economics,

Yves Saint-Geours, ambassadeur de France à Madrid

Claude Imbert, professeure émérite de Philosophie, École Normale Supérieure de Paris

Mats Liljefors, Directeur des Festivals Royaux de Stockholm

Sylvie Goulard, Députée Européenne

Michel Wieviorka, Administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme Paris

Yann Kerlau, écrivain, Bruxelles

Suzanna Akerman, historienne, écrivain, Stockholm

Olivier Poivre d'Arvor, ambassadeur de France à Tunis

Didier Foucault, professeur d'Histoire, Université Jean-Jaurès Toulouse 2

Christophe Premat, universitaire, Stockholm

Laurence Arribagé, députée

Jean-Louis Reuland, Conseiller Municipal de Toulouse

Michel Brun, directeur de l'Ensemble Baroque de Toulouse

Claire-Adélaïde Montiel, Présidente de l'Association Fermat Science